Le personnage principal et narrateur de l'histoire est un jeune irakien, qui vit simplement dans un petit village, Kafr Karam. La guerre contre les américains l'a contraint à arrêter ses études à l'Université de Bagdad et à retourner près des siens. Au village, on vit la guerre de loin, à travers la télévision, on ne connait pas les bombardements et les attentats suicides. Mais un jour, un jeune homme du village se blesse, et doit être conduit à l'hôpital le plus proche, le héro se trouve alors confronté à la bêtise des G.I américains, et à leur première bavure dans la région. S'ensuivent diverses humiliations, qui vont plonger le narrateur dans une haine profonde de l'Occident, qui l'amènera à rejoindre un groupe terroriste basé à Bagdad.

 

Ce livre est une leçon. Les dirigeants occidentaux devraient le lire et peut-être comprendraient-ils comment la haine de l'occident s'installe dans l'esprit d'une population plutôt neutre à la base. De plus il est magnifiquement écrit, j'ai été très vite emportée dans l'histoire de ce jeune irakien, que j'ai compris... Ce livre est dans ma pile depuis des années, j'avais peur que le sujet soit lourd... le sujet l'est mais le style de l'écrivain allège le tout.

Note : 17/20